La Réole - Chemin des Arts 2022


Avec le Chemin des Arts, la ville de La Réole vous propose de découvrir des artistes contemporains dans un écrin patrimonial exceptionnel. Que ce soit à l'ancienne prison, à l'ancien hôtel de ville, au prieuré ou encore dans les rues de la cité, vous avez l'occasion de découvrir une palette d'artistes dans des répertoires variés.

Tout au long de l'été, vous pourrez découvrir des artistes dans les domaines de la peinture, la sculpture et la musique, mais aussi, grâce au cadre exceptionnel, toutes les richesses de la ville.

Télécharger la brochure 2022 du Chemin des Arts

Le printemps des artistes

7 et 8 mai
Sur deux jours, visites des ateliers d'artistes de La Réole, ateliers, exposition de peinture et concours de peinture.

7 mai
• 14h30 - 18h30
Visite des ateliers des artistes de La Réole
• 14h30 - 19h
Exposition des Artistes en Réolais à l’ancien hôtel de ville.
• 17h
Visite théâtralisée au 5-bis
5 bis, rue Jaganneau

8 mai
• 8h - 18h
Concours de peinture dans les rues de la ville (inscriptions le matin à la mairie)
• 14h30 - 18h
Ateliers d’art place Rigoulet et en centre ville hez les artistes et commerçants.
• 14h30 - 18h
Exposition des Artistes en Réolais à l’ancien hôtel de ville.
• 17h
Visite théâtralisée au 5bis
5 bis, rue Jagannau
• 18h
Remise des prix du concours de peinture à la mairie.

A l'ancien Hôtel de Ville...

1 - 15 mai
Exposition des Artistes en Réolais.
Unique exposition d'artistes non professionnels, c'est avec cette association que nous allons ouvrir et clore la saison 2022 du chemin des arts.

28 mai - 26 juin
Exposition de peinture et sculpture de l'artiste Delie Duparc.
Délie DUPARC est née à Paris le 3 janvier 1957 sous l'égide d'une famille de peintres.

Dès sa plus tendre enfance elle évolue, aux côtés de ses grands-parents Willy EISENSCHITZ et Claire BERTRAND, dans un univers de couleurs qu'elle transmute en outils de re-création. L'influence de sa mère, Evelyne MARC, joue un rôle prépondérant dans sa maîtrise du trait et son ouverture au monde de l'art abstrait. Ainsi confortée, sa jeune vocation s'épanouit librement au sein d'un milieu artistique fertile et fortement structuré.

Ancienne élève de l'Académie de peinture d'Henri GOETZ, mais possédant une excellente connaissance de l'anatomie humaine, Délie DUPARC détient autant de clés initiatiques qui témoignent de sa fascination du vivant et qui la définissent comme une artiste aussi complète que complexe.

2 - 31 juillet
Exposition du peintre Québecois Yvan Genest.
Depuis plus de 35 ans ses œuvres ont attiré un cercle de collectionneurs internationaux séduits par la force contemporaine et intemporelle de son iconographie.
La carrière d’Yvan Genest a eu des débuts peu conventionnels, son tempérament artistique le conduisant d’abord vers la musique. Auteur-compositeur, musicien et chanteur, il a effectué des tournées dans toute l’Europe en tant qu’interprète pendant de nombreuses années, jusqu’à ce qu’il découvre la peinture, où il a trouvé un terrain inattendu pour son imagination fertile.
La personnalité non-conformiste d’Yvan l’a amené à explorer toutes les voies des arts visuels et à développer ses images uniques, chamaniques et intemporelles. Artiste autodidacte, il peint comme un danseur danse, avec son corps et son esprit. Ses influences sont diverses, allant de l’expressionnisme, en passant par la peinture figurative moderne de forme libre.

6 - 28 août
Exposition du peintre Italien Michele De Agostini.
L’œuvre de Michele De Agostini est une interaction entre l’action édificatrice de la matière et l’effacement de la même par le biais d’outils des toutes sortes, spatules de plâtrier, plaque de plexiglas, couteau, morceau de bois, pinceaux aussi. Il symbolise ainsi les dynamiques des équilibres du chaos au sein d’une société de plus en plus inadaptée au progrès créatif.
En 2005 lors de la présentation de son nouveau travail, il créait le Sliding Painting ; l’action de glissement des outils (il n y a pas de mélange des couleurs, tout est fait par stratification et glissement sur le support) crée une trace, la trace des hommes.


Septembre
Mois de la photo ; programme à venir...

A l'ancienne prison...

15 juin - 30 août

Installation de la jeune artiste de l'Entre deux mers, Pauline Menegazzi.
Une artiste qui a encore du mal à utiliser ce terme pour parler d’elle-même, mais nul doute ne se pose lorsque l’on regarde l’œuvre.
Réolaise, Pauline a fait des études supérieures dans le développement durable des territoires sur Bordeaux.
Depuis la fin de ses études, la jeune femme recherche cette part d’elle qui lui ressemble, « j’ai d’abord essayé dans l’artisanat, notamment en tant ébéniste, et dans la création de statue » (Lilou Boulanger, Le Républicain).

Tout au long de l'été
Les jardins seront investis par Yacine et Benjamin de l'Avant Poste pour des performances, du théâtre, de la musique, mais aussi pour des moments de convivialité autour d'un café.
• 10 avril : Brunch performatif avec une lecture
• 17 avril : Solo de danse
• 28 - 29 mai : Avec les élèves des Beaux Arts de Bordeaux


Au Prieuré

Mercredis en musique

• 6 juillet à 21h : O City Vipers + Bar à vin
The O' City Vipers est un groupe bordelais de « Hot Jazz », ne´ de la rencontre entre Perry Gordon (Perry Gordon & His Rhythm Club) et Tchak (The Money Makers). Ces deux musiciens passionne´s de vieux jazz s’entourent de Jules, Maxime et Vincent afin d’explorer un re´pertoire original et faire partager leur engouement pour ce style de musique si particulier.

• 20 juillet à 20h : Nicolas Saez pour une soirée flamenco + Apéro tapas
Grenade est le berceau de sa famille paternelle et le flamenco fait partie de ses racines. Guitariste autodidacte dans un premier temps, il est rattrapé par ses origines à l’âge de 27 ans suite à un récital cante/guitarra en Espagne qui l’a complètement bouleversé. C’est en véritable passionné qu’il décide de se consacrer exclusivement à la guitare flamenca à laquelle il dédie tout son temps. Il se forme initialement auprès d’un guitariste bordelais, puis part à plusieurs reprises en Andalousie pour se perfectionner. Depuis, il enrichit sa technique et son répertoire en travailleur acharné et trouve ses inspirations à l’écoute des plus grands tels Paco de Lucia, Vicente Amigo, Antonio Rey, Moraito, Diego del Morao, Chicuelo… En 2012, il fonde le sextet flamenco Calle Las Minas et compose un répertoire mêlant tradition et modernité.
Sa technique à la fois précise, solide et sensible, instaure un véritable dialogue entre les percussions, la basse, le violon, le chant et la danse.

• 27 juillet à 21h : March Mallow, jazz, crooner, blues... + Bar à vin
Un voyage dans le temps. March Mallow est l'occasion de faire renaître l'émotion d'une époque étincelante en matière de chansons blues et jazzy. Quatre musiciens, aux expériences riches et plurielles, s'associent pour déployer tout en justesse, le chant subtil et puissant de la chanteuse Astrid Veigne. Dans le respect du style des années 50, March Mallow fait revivre la musique de Nat King Cole et de Billie Holiday.
Un son pur et authentique, reproduit par les techniques d'enregistrement de l'époque, vous plonge dans l'atmosphère noir et blanc des clubs New Yorkais. Avec Astrid Veigne au chant, Eric Doboka à la guitare, Christian d’Asfeld au piano et Thomas Plès à la contrebasse.

• 3 août à 19h : Arash Rokni, pianiste
Arash Rokni est né à Téhéran, en Iran. C'est par sa mère, qui apprenait le sitar, et par son père qui s'intéressait à la musique classique que nait son intéret pour la musique. Il a fréquenté l'école de musique de Téhéran sous la direction de Tamara Dolidze, qui fut pour lui une grande inspiration pour la suite de sa trajectoire.
Après avoir été encouragé en Arménie par Giorgi Raphaelowitch Avanesov et Ashot Ghazarian, il débute ses études avec Markus Tomas à la "Hochschule für Musik und Theater" de Leipzig puis avec Claudio Martinez Mehner à la "Hochschule für Musik und Tanz" de Cologne. Il est aussi suivi par Nina Tichman (piano) et Anthony Spiri (musique de chambre).
Arash a eu la chance de travailler avec Ferenc Rados, Rita Wagner, Andreas Kemenes, Mahan Esfahani, Andreas Staier et Robert Levin.
Il a donné des concerts et participé à des festivals et compétitions en Iran, en Arménie, Allemagne, France, Italie, Espagne et Danemark. Quatrième prix de la "Aarhus International Piano Competition" et deuxième prix du “21st Johann Sebastian Bach Competition” à Leipzig, Allemagne. Depuis ce succès, il s'est produit comme soliste dans de nombreux lieux prestigieux.

• 10 août à 19h : Wagaal, "Monad tour", soirée zen...
« Quand les deux hémisphères du cerveau travaillent ensemble pour créer une nouvelle musique enracinée dans un passé lointain » Waagal est le projet du multi-instrumentiste Erwann TEXIER-HARTH. Guitare, didgeridoos, handpans, kashaka, kalimba, sitar et autres instruments sont joués simultanément, créant une performance solo où le musicien ne cesse de repousser ses limites. Puisant dans les musiques et cultures autour du monde, Waagal mêle sonorités millénaires et rythmes innovants, réalisant ainsi l’union de l’ancien et du moderne.

• 17 août : Duo Sostenuto, guitare et flûte traversière
Evocations toute en finesse, rigueur et précision, énergie et passion, symbiose totale dans les regards qui se croisent et les chants qui se répondent : un jeu lumineux pour deux âmes sœurs.
Avec seulement six cordes et le chant d'une flûte, le Duo Sostenuto offre à son public la force, les couleurs et la puissance évocatrice d'un orchestre symphonique.
Sous la plume de Benoît Roulland, les oeuvres renaissent sous une forme nouvelle, adaptée à l'univers et à la physionomie du duo.
Le public peut ainsi découvrir un opéra, une symphonie, une sonate, ou un tango, sous un nouveau jour.
Son identité sonore originale repose sur une tradition millénaire : tel le oud et le ney au moyen orient, la combinaison magique de la flûte et de la guitare permet un équilibre du son particulièrement fin et une infinie possibilité de couleurs. Avec enthousiasme et excellence, il incarne un projet artistique unique, loin de tout a priori.

Septembre au prieuré
Mois de la photo ; programme à venir...


Dans la ville

10 juillet
Compagnie des Petites Secousses « Je ma laisse porter »
"Créée en 2010, la Cie des Petites Secousses s’intéresse à créer un théâtre sensible et adressé. Que les enjeux des spectacles soient sociaux, intimes, poétiques ou philosophiques, l’envie est toujours de mettre en œuvre des modes de narration qui offrent autant de points d’accroche fixes que de lignes floues.
Une façon de tendre la main au spectateur pour l’emmener dans des lieux où son imaginaire et sa propre histoire peuvent s’exprimer. Nous avons le sentiment d’y avoir réussi quand les personnes qui ont assisté à nos spectacles disent que nous leur avons parlé d’eux.
Le théâtre est notre acte politique et citoyen. Pas forcément pour percuter (nos perceptions du monde ne nous semblent pas forcément plus valables que celles des autres), nous créons pour secouer doucement en espérant provoquer la discussion. Nous créons pour échanger."



| mentions légales | site de la ville | site la-reole.com | © 2019 - 2022 C. Gardner - Mairie de La Réole